Et si nous levions quelques clichés…


Au cœur du village festivalier, nous vous proposons un temps de réflexion. Serge Mboukou, anthropologue et professeur de philosophie, accompagné d’un artiste programmé au festival, va brandir un grand ballon de baudruche : un ballon empli de nos mythes, de nos préjugés et de nos certitudes confortables. Et c’est au travers de l’analyse, de la relecture de l’actualité et d’épisodes historiques, qu’il va introduire la petite aiguille du doute. Et paf, l’air va-t-il sortir et les fenêtres sur la complexité du monde vont-elles s’ouvrir ?

Avec la complicité de Catherine Simon, ethnologue, et Louise Beauchêne, médiatrice

Samedi 11 mai à 18h

Apéro 1 – L’art africain se démasque
Place de la République – entrée libre
En lien avec le spectacle Musée Bombana de Kokologo
Avec le comédien Athanase Kabré

À quoi pensez-vous lorsque vous entendez « art africain » ? Du djembé aux masques, en passant par les tissus colorés wax, n’avons-nous pas une image un peu naïve des expériences artistiques africaines ? D’ailleurs, ces objets culturels – et marchands – sont-ils vraiment africains ?

Jeudi 16 mai à 18h

Apéro 3 – L’Europe hantée
Place de la République – entrée libre
En lien avec le spectacle Mes amis (Safe européen home)
Avec le metteur en scène Laurent Vacher

L’Europe est hantée, effrayée par l’arrivée de tous ces gens d’on ne sait où, de traditions et de religions différentes. Craint-elle de voir disparaître ses identités nationales, pures et homogènes ? Nos identités sont-elles tiraillées entre des mythes fondateurs et la grande marche de l’Histoire ?

Dimanche 12 mai à 12h

Apéro 2 – Noir n’est pas mon métier !
Place de la République – entrée libre
En lien avec les spectacles Babel Guyane, Les verdicts guyanais, Monstres / On ne danse pas pour rien, And so you see…
Avec le comédien Roberto Jean 

Les Blancs sont tous riches. Les Noirs, eux, sont de grands enfants, un peu simples et naïfs. Les Blacks, pardon, non, les gens de couleurs… Pourquoi les conventions autour de notre couleur, pourtant accidentelle, ont-elles la peau si dure ?

Dimanche 19 mai à 11h

Apéro 3 – Pourquoi tant d’antillais à la poste ?
Place de la République – entrée libre

En lien avec le spectacle Aliénation(s)
Avec la comédienne Françoise Dô

De 1963 à 1981, 70 000 personnes nées outre-mer sont encouragées à s’installer dans l’Hexagone, avec la promesse fallacieuse d’un avenir meilleur. Aimé Césaire dénonce alors un « génocide par substitution ». Tel sera notre point de départ pour tenter de comprendre l’histoire et les luttes de gens déplacés arbitrairement pour des causes qui ne sont pas les leurs.

Au début de chaque apéro-déconstruction, Caroline Thillens, négociante en vin (Les Caves Saint-Vincent), vous propose une dégustation. Du côté des vins dits raisonnés, biologiques, naturels et biodynamiques, il y a aussi quelques clichés à déconstruire…